Vous êtes ici : Accueil » Glossaire

Alumine

Oxyde d’aluminium Al2O3, matériau de base servant dans de nombreuses applications pour les céramiques techniques, bonne tenue mécanique aux températures élevées, bonne conductivité thermique, grande résistivité électrique, grande dureté, bonne résistance à l’usure, inertie chimique.

Wikipedia : L’alumine ou oxyde d’aluminium, de formule chimique Al2O3, est un composé chimique qui existe à l’état naturel dans la bauxite, sous forme d’alumine hydratée mélangée avec de l’oxyde de fer.

Plus sur Wikipedia

Barbotine

Suspension de particules minérales dans un liquide. Les particules solides peuvent être colloïdales ou non et le liquide (aqueux ou solvant organique) se comporte comme une solution ionique dont le rôle est de maintenir en dispersion les grains en les empêchant de s’agglomérer et de sédimenter. Cet état de dispersion est obtenu par l’ajout d’additifs spécifiques appelés défloculants, qui permettent d’assurer la stabilité de la barbotine au cours du temps.

Biocompatibilite

Affinité d’un matériau non vivant (céramique) avec des cellules vivantes.

Biomateriau

Matériau destiné à remplacer certains tissus vivants en étant compatible avec ces derniers et pouvant être soumis à un contact prolongé ou permanent avec l’organisme.

Capillaire

Tube très fin, comparaison avec la finesse d’un cheveu (racine étymologique de capillaire, « capillus » le cheveu).

Coefficient de dilatation thermique lineaire

Allongement proportionnel qui se produit lorsqu’un matériau est chauffé sur un intervalle de températures de 1°K à la température T.

Conductivite thermique

Densité du flux de chaleur divisée par le gradient de température.

Contrainte mecanique

Action mécanique extérieure subie par un matériau (traction, compression, flexion). C’est le rapport F/S, force appliquée par unité de surface, exprimée généralement en MPa.

Cordierite

Minéral composé de silicate naturel de magnésium, de fer et d’aluminium, bonne résistance aux chocs thermiques, bonne conductivité thermique.

Coulage en bande

Dépôt d’une suspension sur un support lisse non poreux par l’intermédiaire d’un sabot. Le séchage de la bande coulée s’effectue par évaporation du solvant organique ou aqueux contenu dans la suspension.

Coulage (moule platre)

Opération consistant à mettre une pièce en forme, en remplissant un moule poreux d’une pâte liquide appelée barbotine. Au contact de la surface du moule, la succion de celui-ci sur le liquide suspensif entraîne le dépôt des particules céramiques. L’épaisseur de matière déposée augmente avec le temps de séchage jusqu’à disparition totale du liquide. Dans le cas du coulage à ciel ouvert, un revidage de la barbotine en excès est effectué lorsque l’épaisseur désirée de la pièce est atteinte. Dans le cas du coulage entre deux plâtres, le remplissage du moule est assuré par une nourrice. L’intégralité de la barbotine sèche à l’intérieur du moule pour former une pâte homogène.

Coulage sous pression

Application d’une pression sur la suspension de coulage introduite dans un moule poreux. Le gradient de pression force progressivement le fluide à travers le moule poreux et à travers la couche en formation, ce qui permet de réduire le temps de séchage de la suspension par rapport au coulage classique.

CTTC

Centre de transfert de technologies céramiques. (Limoges, Fr.)
Le C.T.T.C., Centre de Transfert de Technologies Céramiques, a pour vocation principale de transformer les résultats de la recherche fondamentale en produits industriels adaptés aux besoins spécifiques de chaque entreprise. Spécialisé dans le domaine des céramiques techniques, il permet aux entreprises de tailles et d’horizons très variés (P.M.E. ou grands groupes industriels, céramistes ou non) de bénéficier d’un laboratoire et d’une plate-forme pilote pour mettre en forme des idées, des produits et développer des projets industriels en toute confidentialité.
A retrouver sur : www.cttc.fr

Defloculant

Additif qui modifie l’environnement des particules céramiques composant une suspension. Ajouté en faible quantité dans la barbotine, il favorise soit les forces répulsives interparticulaires au détriment des forces attractives (de Van Der Waals), soit un encombrement stérique (parfois les deux sont cumulés) pour favoriser la dispersion des particules dans le liquide qui les contient.

Deformation

Différence de forme du matériau avant et après l’application d’une contrainte, adimensionné ( l/l : allongement/longueur)

Deformation elastique

Déformation réversible du matériau. Quand les forces sont appliquées sur l’objet, celui-ci change de forme pour retrouver sa forme initiale après le relâchement des contraintes.

Deformation plastique

Déformation irréversible du matériau.

Densite

La notion de densité permet de définir le caractère plus ou moins pesant d’un matériau par rapport à un matériau de référence. Le matériau de référence est l’eau (1g/cm3).

Dilatation thermique lineaire

Allongement proportionnel qui se produit lorsqu’un matériau est chauffé.

Dissipateur thermique

Dispositif destiné à favoriser l’évacuation des pertes dissipées par les éléments semi-conducteurs de puissance. Il s’agit de dispositifs généralement munis d’ailettes, qui doivent de préférence être montées verticalement pour faciliter le refroidissement par convection.

Page 1 sur 3123